Dernières nouvelles

Newsletter

Ferrari !

La saison de Formule Un va bientôt se terminer avec le Grand prix d’Abu-Dhabi et, bien que les jeux pour les deux prix à remporter soient pratiquement fermés, Sergio Marchionne, président de Ferrari, a invité son équipe à donner le maximum pour clore cette année en beauté, alors que l’entreprise pense déjà à la stratégie pour 2016. Une marque d’excellence absolue, Ferrari, qui fait rêver les passionnés du monde entier. Une entreprise qui raconte au mieux les capacités du Bel Paese. Et puisqu’excellence appelle excellence, les bureaux de la présidence de Maranello, en cours de rénovation, sont tous climatisés par Sabiana, qui a fourni 26 ventilo-convecteurs SKYSTAR ECM. Un choix dont nous sommes chez Sabiana, naturellement, fiers. La saison de Formule Un va bientôt se terminer avec le Grand prix d’Abu-Dhabi et, bien que les jeux pour les deux prix à remporter soient pratiquement fermés, Sergio Marchionne, président de Ferrari, a invité son équipe à donner le maximum pour clore cette année en beauté, alors que l’entreprise pense déjà à la stratégie pour 2016.  Une marque d’excellence absolue, Ferrari, qui fait rêver les passionnés du monde entier. Une entreprise qui raconte au mieux les capacités du Bel Paese.  Et puisqu’excellence appelle excellence, les bureaux de la présidence de Maranello, en cours de rénovation, sont tous climatisés par Sabiana, qui a fourni 26 ventilo-convecteurs SKYSTAR ECM.  Un choix dont nous sommes chez Sabiana, naturellement, fiers.

Newsletter

Prorogation des bonus pour les interventions de requalification énergétique et rénovation immobilière.

La loi de stabilité 2016 prête une attention particulière au sujet « maison », en prorogeant les aides fiscales Irpef de 50 % pour les rénovations et de 65 % pour l’économie d’énergie, qui permettront, l’année prochaine aussi, de profiter d’économies importantes sur les interventions de construction et d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, outre que sur l’achat de meubles et de grands électroménagers. Les organismes publics de gestion des constructions résidentielles pourront aussi accéder aux aides fiscales, grâce à un fond de 170 millions d’euros destinés à l’entretien, et pourront donc procéder à des œuvres de rénovation des bâtiments les plus obsolètes. Comme prévu pour l’année en cours, l’écobonus de 65 % consiste en une détraction fiscale IRPEF ou IRES, s’étalant sur dix ans. Le montant maximal permis pour la détraction est de 100 000 euros. Tous les contributeurs et les entreprises propriétaires du bâtiment faisant l’objet de l’intervention de requalification énergétique peuvent bénéficier du crédit d’impôt. Les interventions prévues comprennent la réduction de la demande énergétique pour le chauffage et la climatisation en hiver et les travaux d’amélioration thermique du bâtiment. L’allègement pour les travaux d’adaptation antisismique, voués à sécuriser les bâtiments existants, est aussi confirmé. L’écobonus s’adresse aussi bien aux interventions de requalification d’appartements individuels que des parties communes des copropriétés. L’allègement ne peut pas être additionné à celui du bonus rénovations. Le bonus de 50 % est lui aussi confirmé pour 2016, dans la mesure de 96 000 euros amortis sur dix ans. Dans ce cas, les interventions de constructions s’adressent à la rénovation ; on peut en bénéficier si on est propriétaire ou responsable de droits réels sur les immeubles objet de l’intervention, ou si on est locataire ou commodataire. Une autre bonne nouvelle est la confirmation du bonus ameublement : une réduction fiscale à 50 %, pour un seuil maximal de 10 000 euros. L’allègement comprend les frais soutenus pour les meubles et les grands électroménagers. La loi de stabilité 2016 prête une attention particulière au sujet « maison », en prorogeant les aides fiscales Irpef de 50 % pour les rénovations et de 65 % pour l’économie d’énergie, qui permettront, l’année prochaine aussi, de profiter d’économies importantes sur les interventions de construction et d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, outre que sur l’achat de meubles et de grands électroménagers. Les organismes publics de gestion des constructions résidentielles pourront aussi accéder aux aides fiscales, grâce à un fond de 170 millions d’euros destinés à l’entretien, et pourront donc procéder à des œuvres de rénovation des bâtiments les plus obsolètes. Comme prévu pour l’année en cours, l’écobonus de 65 % consiste en une détraction fiscale IRPEF ou IRES, s’étalant sur dix ans. Le montant maximal permis pour la détraction est de 100 000 euros. Tous les contributeurs et les entreprises propriétaires du bâtiment faisant l’objet de l’intervention de requalification énergétique peuvent bénéficier du crédit d’impôt. Les interventions prévues comprennent la réduction de la demande énergétique pour le chauffage et la climatisation en hiver et les travaux d’amélioration thermique du bâtiment.  L’allègement pour les travaux d’adaptation antisismique, voués à sécuriser les bâtiments existants, est aussi confirmé. L’écobonus s’adresse aussi bien aux interventions de requalification d’appartements individuels que des parties communes des copropriétés. L’allègement ne peut pas être additionné à celui du bonus rénovations. Le bonus de 50 % est lui aussi confirmé pour 2016, dans la mesure de 96 000 euros amortis sur dix ans. Dans ce cas, les interventions de constructions s’adressent à la rénovation ; on peut en bénéficier si on est propriétaire ou responsable de droits réels sur les immeubles objet de l’intervention, ou si on est locataire ou commodataire. Une autre bonne nouvelle est la confirmation du bonus ameublement : une réduction fiscale à 50 %, pour un seuil maximal de 10 000 euros. L’allègement comprend les frais soutenus pour les meubles et les grands électroménagers.  

Newsletter

L’air n’est pas bon dans les maisons de retraite.

Selon l’étude internationale GERIE, publiée sur l’European Respiratory Journal, dans les maisons de retraite à travers l’Europe les personnes âgées respirent mal, car l’air est de mauvaise qualité. L’étude a collecté des données en analysant les milieux de 50 maisons de retraite dans 7 pays, y compris l’Italie, et en surveillant les conditions de 600 personnes âgées pour vérifier les liens entre la qualité de l’air dans la résidence et la santé respiratoire des personnes qui y vivent. On a mesuré les concentrations de poussières inhalables comme les PM10 et de poussières ultrafines comme les PM0.1, ainsi que de formaldéhyde et de gaz irritants et polluants, comme le dioxyde d’azote et l’ozone. En outre, même si à proprement parler il ne s’agit pas d’un polluant mais d’un indicateur de la qualité de l’air, on a évalué aussi la quantité de gaz carbonique, qui a tendance à augmenter si les milieux sont peu aérés. C’est ce que raconte Giovanni Viegi, coordinateur de l’enquête et directeur de l’Institut de Biomédecine et Immunologie moléculaire du CNR de Palerme. L’analyse révèle, sans qu’il y ait de différences importantes entre les pays, qu’il y a dans les structures des concentrations assez élevées de tous les polluants considérés et que seule une personne âgée sur cinq peut renouveler comme il faut l’air de sa chambre. Au fur et à mesure qu’augmente la pollution dans les chambres, la gêne respiratoire des personnes âgées augmente également. « Les sources de pollution relevées dans les maisons de retraite sont nombreuses – explique Viegi –. Les plus importantes sont la pénétration de polluants externes, les fumées produites par les cuisinières et les chaudières, les substances organiques dégagées par les matériaux de construction, les meubles et les produits utilisés pour le nettoyage. Il faut signaler également la fumée de cigarette, si on ne respecte pas l’interdiction ou s’il est permis de fumer à l’extérieur à proximité du bâtiment ». Les personnes âgées sont très susceptibles à l’air « sale » car leurs défenses immunitaires sont plus basses et s’ils vivent en maison de retraite, ils sont obligés de rester dans des endroits fermés, avec beaucoup d’autres personnes et sans possibilité de bouger : tous ces éléments augmentent l’exposition et affectent la santé respiratoire en général. Selon l’étude internationale GERIE, publiée sur l’European Respiratory Journal, dans les maisons de retraite à travers l’Europe les personnes âgées respirent mal, car l’air est de mauvaise qualité. L’étude a collecté des données en analysant les milieux de 50 maisons de retraite dans 7 pays, y compris l’Italie, et en surveillant les conditions de 600 personnes âgées pour vérifier les liens entre la qualité de l’air dans la résidence et la santé respiratoire des personnes qui y vivent. On a mesuré les concentrations de poussières inhalables comme les PM10 et de poussières ultrafines comme les PM0.1, ainsi que de formaldéhyde et de gaz irritants et polluants, comme le dioxyde d’azote et l’ozone. En outre, même si à proprement parler il ne s’agit pas d’un polluant mais d’un indicateur de la qualité de l’air, on a évalué aussi la quantité de gaz carbonique, qui a tendance à augmenter si les milieux sont peu aérés. C’est ce que raconte Giovanni Viegi, coordinateur de l’enquête et directeur de l’Institut de Biomédecine et Immunologie moléculaire du CNR de Palerme. L’analyse révèle, sans qu’il y ait de différences importantes entre les pays, qu’il y a dans les structures des concentrations assez élevées de tous les polluants considérés et que seule une personne âgée sur cinq peut renouveler comme il faut l’air de sa chambre. Au fur et à mesure qu’augmente la pollution dans les chambres, la gêne respiratoire des personnes âgées augmente également. « Les sources de pollution relevées dans les maisons de retraite sont nombreuses – explique Viegi –. Les plus importantes sont la pénétration de polluants externes, les fumées produites par les cuisinières et les chaudières, les substances organiques dégagées par les matériaux de construction, les meubles et les produits utilisés pour le nettoyage. Il faut signaler également la fumée de cigarette, si on ne respecte pas l’interdiction ou s’il est permis de fumer à l’extérieur à proximité du bâtiment ». Les personnes âgées sont très susceptibles à l’air « sale » car leurs défenses immunitaires sont plus basses et s’ils vivent en maison de retraite, ils sont obligés de rester dans des endroits fermés, avec beaucoup d’autres personnes et sans possibilité de bouger : tous ces éléments augmentent l’exposition et affectent la santé respiratoire en général.

Newsletter

La bonne qualité de l’air augmente le rendement au bureau.

Selon les chercheurs de Harvard, qui ont publié une étude sur Environmental Health Perspective, les personnes qui travaillent en des milieux bien aérés, avec de faibles niveaux de CO2 et de pollution des espaces fermés, obtiennent un meilleur score en fonctions cognitives par rapport à celles qui restent dans des bureaux moins green avec des niveaux de pollution et de CO2 considérés comme standard. Les chercheurs ont analysé l’impact de la ventilation de la pièce, des produits chimiques et du CO2 sur la fonction cognitive des employés en exposant 24 personnes à des niveaux différents de CO2, d’aération et de concentration de composés organiques volatiles, communément émis dans les bureaux. Les participants exposés au milieu avec la meilleure qualité de l’air obtenaient en moyenne un score double par rapport à ceux qui travaillent dans des milieux traditionnels. Les chercheurs soulignent également l’impact des niveaux de CO2 : le score moyen baisse quand le taux de CO2 augmente. « Ces résultats suggèrent que même de petites améliorations de la qualité de l’environnement intérieur peuvent avoir un impact profond sur les performances décisionnelles des travailleurs », a dit Joseph Allen de l’Université de Harvard, l’auteur principal de l’étude. Selon les chercheurs de Harvard, qui ont publié une étude sur Environmental Health Perspective, les personnes qui travaillent en des milieux bien aérés, avec de faibles niveaux de CO2 et de pollution des espaces fermés, obtiennent un meilleur score en fonctions cognitives par rapport à celles qui restent dans des bureaux moins green avec des niveaux de pollution et de CO2 considérés comme standard.  Les chercheurs ont analysé l’impact de la ventilation de la pièce, des produits chimiques et du CO2 sur la fonction cognitive des employés en exposant 24 personnes à des niveaux différents de CO2, d’aération et de concentration de composés organiques volatiles, communément émis dans les bureaux. Les participants exposés au milieu avec la meilleure qualité de l’air obtenaient en moyenne un score double par rapport à ceux qui travaillent dans des milieux traditionnels. Les chercheurs soulignent également l’impact des niveaux de CO2 : le score moyen baisse quand le taux de CO2 augmente. « Ces résultats suggèrent que même de petites améliorations de la qualité de l’environnement intérieur peuvent avoir un impact profond sur les performances décisionnelles des travailleurs », a dit Joseph Allen de l’Université de Harvard, l’auteur principal de l’étude.