Dernières nouvelles

Newsletter

Sabiana et l’Expo

Le pavillon de l’Azerbaïdjan a été l’un des plus admirés de l’Expo. Le parcours proposé par les concepteurs s’articule à travers trois sphères en verre sur plusieurs niveaux, qui représentent trois différentes biosphères. La première est celle des paysages, la deuxième celle des neuf zones climatiques de l’Azerbaïdjan, la troisième celle des cultures traditionnelles et de l’innovation. Les trois niveaux, reliés par des escaliers roulants, montrent les ressources naturelles, agricoles et productives du pays. Une structure difficile à climatiser, à cause notamment de sa forme sphérique. En fait, il s’agissait de trouver une UTA assez basse comme hauteur pour avoir un débit d’air et une puissance suffisants à rafraîchir et chauffer le milieu, qui, avec une grande surface vitrée, avait une charge thermique sensible élevée ; le tout, avec une machine silencieuse. L’OCEAN de Sabiana a résolu ces problèmes. Le pavillon de l’Azerbaïdjan a été l’un des plus admirés de l’Expo.  Le parcours proposé par les concepteurs s’articule à travers trois sphères en verre sur plusieurs niveaux, qui représentent trois différentes biosphères. La première est celle des paysages, la deuxième celle des neuf zones climatiques de l’Azerbaïdjan, la troisième celle des cultures traditionnelles et de l’innovation. Les trois niveaux, reliés par des escaliers roulants, montrent les ressources naturelles, agricoles et productives du pays. Une structure difficile à climatiser, à cause notamment de sa forme sphérique. En fait, il s’agissait de trouver une UTA assez basse comme hauteur pour avoir un débit d’air et une puissance suffisants à rafraîchir et chauffer le milieu, qui, avec une grande surface vitrée, avait une charge thermique sensible élevée ; le tout, avec une machine silencieuse.  L’OCEAN de Sabiana a résolu ces problèmes.

Newsletter

Prorogation jusqu’à 2016 en vue pour les bonus de requalification énergétique.

L’hypothèse de prorogation jusqu’en décembre 2016 des deux facilitations fiscales, à échéance 31 décembre 2015, est toujours plus concrète. Les ministres de l’Économie, Pier Carlo Padoan, et des Infrastructures et des Transports, Graziano Delrio, sont d’accord sur la prolongation d’une année supplémentaire pour l’Écobonus de 65 % pour la requalification énergétique des bâtiments et du bonus de 50 % sur les rénovations. Il est fort probable que les deux facilitations seront prorogées aux mêmes conditions actuellement en vigueur. Dans tous les cas, les nouvelles règles seront définies dans la Loi de Stabilité 2016, en cours de première rédaction aux deux ministères. L’hypothèse de prorogation jusqu’en décembre 2016 des deux facilitations fiscales, à échéance 31 décembre 2015, est toujours plus concrète.  Les ministres de l’Économie, Pier Carlo Padoan, et des Infrastructures et des Transports, Graziano Delrio, sont d’accord sur la prolongation d’une année supplémentaire pour l’Écobonus de 65 % pour la requalification énergétique des bâtiments et du bonus de 50 % sur les rénovations.  Il est fort probable que les deux facilitations seront prorogées aux mêmes conditions actuellement en vigueur. Dans tous les cas, les nouvelles règles seront définies dans la Loi de Stabilité 2016, en cours de première rédaction aux deux ministères.

Newsletter

Les nouvelles règles pour la certification énergétique des bâtiments sont en vigueur.

Aujourd’hui 1er octobre, les décrets du Ministère du Développement Économique entrent en vigueur, pour compléter le tableau normatif en matière de performances énergétiques des bâtiments. Les nouvelles règles pour la Certification de performance énergétique des bâtiments (APE 2015) sont contenues dans le décret « Lignes directrices pour la certification énergétique des bâtiments » : la nouvelle APE est la même pour l’ensemble du territoire national et offre au citoyen, aux administrations et aux opérateurs de plus amples informations concernant l’efficience du bâtiment et des installations, de manière à pouvoir plus facilement comparer la qualité énergétique de plusieurs unités immobilières, avec l’objectif de diriger le marché vers des bâtiments ayant une meilleure qualité énergétique. Les classes énergétiques, de sept, deviennent dix : la classe A4 est la meilleure et la classe G la moins bonne. Une visite des lieux au moins devient obligatoire, de la part de la personne qui certifie l’APE, pour avérer la classe de l’unité immobilière. L’APE doit indiquer aussi les propositions pour améliorer l’efficacité énergétique du bâtiment, et fournir les informations concernant les aides financières pour les réaliser. Pour finir, le décret met en place une base de données nationale sur les certificats énergétiques (SIAPE), à travers la définition d’un schéma d’annonciation de vente et location, qui uniformise les informations sur la qualité énergétique des bâtiments. Les nouvelles méthodes de calcul de la performance énergétique et les nouvelles exigences minimales d’efficacité sont définies par le décret « Méthodes de calcul des performances et exigences minimales ». Le décret renforce les standards énergétiques minimaux pour les nouveaux bâtiments et pour les bâtiments rénovés et définit les paramètres pour les bâtiments impliqués dans de simples requalifications énergétiques (enveloppe et installations techniques). En revanche, pour les bâtiments nouvellement construits et pour ceux qui sont soumis à d’importantes rénovations, les exigences minimales à respecter sont obtenues en comparant le bâtiment avec un édifice de référence (identique de par sa géométrie, son orientation, son emplacement, sa destination d’usage). L’application des normes est immédiatement opérationnelle et homogène pour toutes les Régions italiennes. Décret ministériel 26/06/2015 - Lignes directrices Décret ministériel 26/06/2015 - Annexe 1 Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice A Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice B Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice C Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice D Décret ministériel 26/06/2015 - Exigences minimales Aujourd’hui 1er octobre, les décrets du Ministère du Développement Économique entrent en vigueur, pour compléter le tableau normatif en matière de performances énergétiques des bâtiments. Les nouvelles règles pour la Certification de performance énergétique des bâtiments (APE 2015) sont contenues dans le décret « Lignes directrices pour la certification énergétique des bâtiments » : la nouvelle APE est la même pour l’ensemble du territoire national et offre au citoyen, aux administrations et aux opérateurs de plus amples informations concernant l’efficience du bâtiment et des installations, de manière à pouvoir plus facilement comparer la qualité énergétique de plusieurs unités immobilières, avec l’objectif de diriger le marché vers des bâtiments ayant une meilleure qualité énergétique. Les classes énergétiques, de sept, deviennent dix : la classe A4 est la meilleure et la classe G la moins bonne. Une visite des lieux au moins devient obligatoire, de la part de la personne qui certifie l’APE, pour avérer la classe de l’unité immobilière. L’APE doit indiquer aussi les propositions pour améliorer l’efficacité énergétique du bâtiment, et fournir les informations concernant les aides financières pour les réaliser. Pour finir, le décret met en place une base de données nationale sur les certificats énergétiques (SIAPE), à travers la définition d’un schéma d’annonciation de vente et location, qui uniformise les informations sur la qualité énergétique des bâtiments. Les nouvelles méthodes de calcul de la performance énergétique et les nouvelles exigences minimales d’efficacité sont définies par le décret « Méthodes de calcul des performances et exigences minimales ». Le décret renforce les standards énergétiques minimaux pour les nouveaux bâtiments et pour les bâtiments rénovés et définit les paramètres pour les bâtiments impliqués dans de simples requalifications énergétiques (enveloppe et installations techniques). En revanche, pour les bâtiments nouvellement construits et pour ceux qui sont soumis à d’importantes rénovations, les exigences minimales à respecter sont obtenues en comparant le bâtiment avec un édifice de référence (identique de par sa géométrie, son orientation, son emplacement, sa destination d’usage). L’application des normes est immédiatement opérationnelle et homogène pour toutes les Régions italiennes.  Décret ministériel 26/06/2015 - Lignes directrices Décret ministériel 26/06/2015 - Annexe 1 Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice A Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice B Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice C Décret ministériel 26/06/2015 - Appendice D Décret ministériel 26/06/2015 - Exigences minimales  

Newsletter

RCI parle de nous.

RCI, la revue italienne la plus importante dans le secteur des installations de chauffage, climatisation, hydronique et énergies renouvelables, a publié l’article « Le jardin de la biodiversité », qui décrit l’agrandissement du Jardin botanique de l’Université de Padoue, auquel Sabiana aussi a participé. RCI, la revue italienne la plus importante dans le secteur des installations de chauffage, climatisation, hydronique et énergies renouvelables, a publié l’article « Le jardin de la biodiversité », qui décrit l’agrandissement du Jardin botanique de l’Université de Padoue, auquel Sabiana aussi a participé.